STORY


L’expression est consacrée mais elle sied si bien à Toma Nikiforov : le champion belge d’origine bulgare est tombé dedans quand il était tout petit. Dedans, c’est le Judo. Il a 3 ans lorsqu’il enfile un Kimono pour la 1ère fois. Son père Nickolay, Judoka patenté, installe toute sa petite famille juste au-dessus d’un Dojo, celui du Royal Crossing Club Schaerbeeck. Les Nikiforov vont déménager plusieurs fois, mais jamais à plus de 100 m du dit Dojo.

Dans la foulée de son père, triple champion de Belgique, Toma Nikiforov, né le 25 janvier 1993, s’illustre rapidement en compétition. Champion national dès les Cadets, il s’affirme aussi à l’international en s’adjugeant une médaille d’argent aux Championnats du monde et d’Europe U17 en 2009. En Juniors, Toma poursuit sur sa lancée. Il remporte 3 médailles européennes avant de glaner le bronze aux Mondiaux U21 en 2013.

A 21 ans, en 2014, il gagne son 1er Grand-Prix (La Havane). Il va enchaîner avec une médaille d’or aux Jeux Mondiaux militaires et, surtout, trois magnifiques médaille de bronze (-100 kg) aux Championnats du monde d’Astana, aux Jeux Européens de Bakou et aux Masters de Rabat en 2015.

Notre homme est lancé. Au printemps 2016, il franchit une nouvelle marche en se classant 2e des Championnats d’Europe et aborde les JO de Rio comme titulaire du Top 10 mondial. Eliminé au 2e tour par le Géorgien Beka Gviniashvili, sa déception est immense. Mais il la surmonte pour remporter le Grand Prix de Düsseldorf en février 2017. Le membre de la Team adidas compte, à l’été 2017, 16 podiums internationaux en Seniors, dont 5 victoires. A 24 ans, il n’a pas fini de faire parler de lui…

FAVORITES PRODUCTS