STORY


A Toulouse, il n’y a pas que les mémés qui aiment la castagne, comme aimait à le chanter Claude Nougaro dans son ode à la Ville Rose. Il y a aussi Sofiane Oumiha, « le virtuose » d’une castagne pensée, technique, pointue : la boxe. L’enfant du quartier de La Reynerie y excelle depuis l’âge de 7 ans. Il monte sur le ring pour la première fois à 9 ans et devient vice-champion de France. Suivront huit années d’invincibilité et onze titres de champion de France.

Le jeune Toulousain se fait remarquer en 2012 quand il prend la 3e place des Championnats du monde Juniors tout en rêvant à la médaille d’or olympique en regardant les JO de Londres à la télé. Quatre ans plus tard, après avoir été finaliste des Jeux Européens en 2015, Sofiane Oumiha (-60 kg) est à deux doigts de voir son rêve devenir réalité. Aux JO de Rio, à 21 ans (il est né le 23 décembre 1994), il devient vice-champion olympique, seulement dominé en finale par le Brésilien Robson Conceiçao. Il décide alors de poursuivre l’aventure chez les amateurs pour aller chercher cet or olympique à Tokyo en 2020.

Un an après, le 2 septembre 2017, à Hambourg, Sofiane Oumiha s’empare du titre mondial des poids légers en dominant Lazaro Alvarez, 26 ans, l’un des surdoués de la boxe cubaine, champion du monde 2011 en poids coq, 3e des JO 2012 et double tenant du titre. Le Toulousain devient le 4e Français champion du monde amateur (après Thomas en 2001, Blain en 2003 et Yoka en 2015). Il est invaincu depuis ! Le 30 juin 2018, il gagnait son 156e combat (sur 171) pour ajouter une nouvelle ligne en or à son palmarès en remportant pour la deuxième fois les Jeux Méditerranéens après ceux de 2013. Son prochain objectif ? Les Championnats du monde 2019 où il défendra son titre et jouera la qualification olympique pour les JO de Tokyo dont il devient, jour après jour, le favori.

 

Par Ludovic Mauchien