STORY


A Tel Aviv, en avril, c’était ses premiers Championnats d’Europe Senior. Il ne s’est pas manqué. Champion ! Et avec la manière s’il vous plaît ! Trois Ippons en cinq combats, dont un en 24 secondes face à l’Espagnol Sherazadishvili, le double médaillé d’argent mondial U21. En finale, Mikhail Igolnikov (-90 kg) s’est payé le champion du monde en titre, le Serbe Majdov, pour une 18e victoire d’affilée. Deux mois avant, le jeune Russe de 21 ans dominait le champion olympique de Rio, le Japonais Mashu Baker, en finale du Grand Slam de Düsseldorf sur… Ippon (Nidan Kosoto Gari). A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire !

Ce qu’il aime dans le Judo ? « Gagner en utilisant la force de mon adversaire ». Ses références ? « Keiji Suzuki et Vitaliy Makarov », le champion olympique des lourds en 2004 et double champion du monde, ainsi que le champion du monde 2001 et vice-champion olympique 2004 (-73 kg), deux brillants judos.

Regarder Mikhail Igolnikov, c’est admirer le Judo. L’art et la manière. Et en plus, il gagne, depuis toujours. Triple champion d’Europe (2011 à 2013) et champion du monde U18 (2011), vice-champion du monde U21 (2014), champion d’Europe U21 (2016), le Russe né à Tuapse, une petite ville sise près de Sotchi, dans le Caucase, s’est aussi imposé aux Championnats d’Europe U23 fin 2017. Grâce à ce succès puis sa victoire à Tel Aviv, il est devenu le seul Judoka à avoir gagné un titre international dans toutes les catégories d’âges, avec l’Azerbaïdjanais Hidayet Heydarov en -73 kg.

Avec le Japonais Mashu Baker, 23 ans, le Serbe Nemanja Majdov, 21 ans, le Géorgien Beka Gviniashvili, 22 ans, l’Espagnol Nikoloz Sherazadishvili, 22 ans, sans oublier l’opposition nationale avec Stanislav Retinskii et Khusen Khalmurzaev, 24 ans, 3e des Championnats d’Europe 2017, la concurrence est rude en -90 kg… Mais Mikhail Igolnikov a déjà démontré qu’il pouvait dompter l’adversité. Ca nous promet de belles années !

 

Par Ludovic Mauchien