STORY


Il appartient à cette catégorie de boxeurs avec lesquels on sait qu’il va se passer quelque chose. Souvent comparé au grand Oscar De La Hoya et à Saul « Canelo » Alvarez, ses deux références, Julian Sosa est un boxeur très complet, doté d’un terrible crochet gauche, capable aussi d’envoyer les jabs pour gérer le combat ou de bombarder son adversaire avec des séries puissantes quand il faut accélérer la décision.

Formé par son père, Aurielano Sosa, un ancien boxeur et, surtout, l’un des meilleurs entraîneurs de boxe de New York, où toute la famille habite depuis leur départ du Mexique, Julian est un combattant attrayant qui livre des combats souvent haletants. Nanti d’un palmarès de 86 succès et 13 défaites chez les amateurs, le Mexicain est invaincu depuis qu’il est passé pro au printemps 2015.

Trois ans plus tard, à 22 ans, il compte 12 victoires, dont 4 par KO, et un match nul, un parcours qui devrait rapidement le mener à une chance mondiale. Homme paisible hors du ring, doté d’un sourire si brillant qu’il pourrait éclairer une pièce toute entière, Julian Sosa se transforme en un combattant implacable, avec un mental de guerrier dès lors qu’il enfile les gants. Sa motivation ? « Ma famille et le peuple mexicain. Ils sont mon sang, ma fierté et me permettent d’être fort et de rester concentré sur mon objectif ». Son objectif ? Une ceinture mondiale et vite !

 

Par Ludovic Mauchien