STORY


Surdoué et miraculé. Jose Benavidez Jr a tout pour être l’une des grandes stars de la boxe. A 16 ans, en 2009, il remporte les Golden Gloves (gants d’or) et devient le plus jeune vainqueur de l’histoire. A seulement 17 ans, après 120 victoires en 125 combats chez les amateurs, il dispute son premier combat professionnel et gagne par TKO au 1er round en janvier 2010 (poids super-légers).

Le jeune Américain d’origine mexicaine (il est né à Los Angeles le 15 mai 1992) enchaîne 8 autres succès par KO lors des trois premiers rounds durant cette année 2010. Il est alors appelé par plusieurs champions du monde, dont Many Pacquiao et Amir Khan, pour devenir leur sparring-partner. Le promoteur Bob Arum en fait l’une de ses têtes d’affiche, le célèbre entraîneur Freddie Roach, qui l’a pris sous son aile, affirme qu’il est son meilleur « prospect », sa plus grande chance de ceinture mondiale.

Jose Benavidez Jr ne déçoit pas ses mentors. En 2011, passé en poids welters, il continue d’enchaîner les victoires. En juin 2014, il remporte la ceinture NABF face à Henry Auraad par KO au 1er round. Il décide alors de repasser en poids super-légers et obtient sa première chance mondiale, après 21 succès en autant de combats ! En décembre 2014, il domine son compatriote Mauricio Herrera et devient champion du monde WBA, titre qu’il détient toujours aujourd’hui.

Pourtant, la carrière de Jose Benavidez Jr aurait dû s’arrêter un jour d’août 2016 quand il reçut une balle dans la jambe en pleine rue par un inconnu. Les médecins sont formels : la boxe, c’est fini. Mais c’est mal connaître la volonté de Jose. Et c’est en cela qu’il est un miraculé. Il va mettre plus d’un an à s’en remettre mais il va revenir presque comme si de rien n’était. 18 mois après sa blessure par balle, il gagne le 26e combat de sa carrière par TKO puis enchaîne un nouveau KO, le 18e, dans la foulée. A 26 ans, Jose Benavidez Jr est toujours invaincu et, le 13 octobre prochain, il va combattre contre l’Américain Terence Crawford pour la ceinture Welterweight WBO.

 

Par Ludovic Mauchien