STORY


Elle n’a disputé que 24 compétitions internationales depuis novembre 2012 et sa 3e place aux Mondiaux de Paris. Elle a remporté… 23 médailles, Karate 1 et championnats inclus ! Elle s’est seulement manquée à l’Open de Paris 2018, surprise au 1er tour par la Suissesse Bruederlin. Ayumi Uekusa (+68 kg) privilégie incontestablement la qualité à la quantité !

Championne du monde en titre, après deux médailles de bronze en 2012 et 2014, championne d’Asie en titre, après une 3e place en 2015, vainqueur des Jeux Mondiaux en 2013 (3e en 2017)… Il ne faut pas chercher loin la favorite pour la médaille d’or à Tokyo en 2020. La Japonaise, 26 ans en juillet 2018, présente l’un des plus beaux palmarès du Karaté mondial.

Formée à la dure école japonaise, dans la pure tradition nippone, Ayumi Uekusa n’est pas du genre à se reposer sur ses lauriers et n’hésite pas à faire preuve d’inventivité pour progresser dans son Karaté, à bousculer les codes. Sa dernière idée ? S’entraîner une fois par mois avec un ancien champion de Taekwondo afin de parfaire ses coups de pied qui, selon elle, représentait son point faible.

Tout est relatif… Même avec un « point faible majeur », la championne japonaise a engrangé 15 podiums en Karate 1 dont 9 victoires, record du genre en combat féminin. Après son « accident » à Paris, Ayumi Uekusa a remporté les Premier League de Dubaï et Rotterdam et pointe à la 1ère place au ranking mondial, loin devant ses concurrentes. Cela s’annonce difficile de la déloger…

 

Par Ludovic Mauchien