KARATE – Burak Uygur : « Désormais, chaque compétition est donc un objectif »

Karate – Paris Premier League

KARATE - Burak Uygur : « From now on, every competition is a goal »

Double champion d’Europe en titre, champion d’Europe et vice-champion du monde par équipe, le Turc Burak Uygur (-67 kg) n’a pas réalisé son rêve aux Mondiaux de Madrid en novembre. Après avoir dominé au 1er tour le champion en titre, l’Anglais Jordan Thomas, il s’est incliné face à Hasanov (Aze).

Résultat : n°2 mondial (-67 kg), il n’apparaît qu’à la 23e place du ranking olympique (-60 kg et -67 kg). Pas d’inquiétude mais pas de temps à perdre non plus. L’Open de Paris (25-27 janvier) est déjà un objectif prioritaire…

 

Par Ludovic Mauchien

 

Qu’est-il arrivé aux Championnats du monde à Madrid ?

J’ai perdu… En fait, j’aurais pu être champion en Espagne. Si l’on regarde mes performances en équipe, on peut voir que j’y étais, que j’avais un bon niveau. Mais, pour les individuels, je n’ai pas été assez bon le jour J. Je travaille sur ce point. Les jours se suivent, les performances sont différentes…

 

Que t’a-t-il manqué ?

Tout semblait aller bien, que ce soit au niveau de la préparation physique, de la musculation, des entraînements de Karaté, et en combat aussi. Mais c’étaient les Championnats du monde. Parfois, le nom d’un tournoi peut vous mettre de la pression. Parfois, vous n’arrivez pas à vous sentir bien le jour des combats. Mais si vous voulez être champion du monde, vous devez gagner tous les matches, même dans votre pire journée.

 

Est-il difficile de reprendre l’entraînement quand on connaît une telle déception ?

Non, jamais ! Le Karaté est toute ma vie.

 

Qu’as-tu fait depuis Madrid ?

Tout d’abord, prendre du repos. Cela fait partie de la vie d’un combattant. Ensuite, j’ai repris l’entraînement pour les compétitions à venir.

 

La saison va être très longue. Comment ta préparation est-elle programmée ?

Mon emploi du temps est celui que mon entraîneur décide. S’il me dit : « entraînement », je m’entraîne. S’il dit : « combat », je combats. S’il me dit : « repos », je me repose.

 

Comment considères-tu cet Open de Paris Premier League ?

Chaque compétition rapporte des points pour Tokyo 2020. Désormais, chaque compétition est donc un objectif. Il n’y a plus « d’étape par étape ». Cette période est terminée. Mon objectif principal est Tokyo 2020.