Karate – Vinicius Figueira : « Le Karaté ? Mon métier, mon loisir et mon plaisir »

Karaté : 32e Championnats panaméricains au Chili (15-17 juin)

Karate - Vinicius Figueira : « Le Karaté ? Mon métier, mon loisir et mon plaisir »

3e des championnats du monde en 2014, 5e en 2016, Vinicius Figueira (-67 kg) a été médaillé de bronze aux championnats panaméricains en 2013 et 2016. Dans son chemin vers les JO de Tokyo, le n°3 mondial a fait de ces 32e « Panams », organisés à Santiago de Chili du 15 au 17 juin, un objectif majeur avant d’attaquer la longue ligne droite menant aux JO de Tokyo.

 

Par Ludovic Mauchien

 

 

Il a commencé le Karaté à 11 ans pour accompagner son meilleur ami. Quinze ans plus tard, à 26 ans (il est né le 15 avril 1991 à Londrina, Parana), Vinicius Figueira est le n°3 mondial des -67 kg derrière le Turc Burak Uygur et le Hongrois Yves-Martial Tadissi.

Le Brésilien, qui compte dix podiums en Karate 1 Premier League, dont deux victoires (Okinawa 2015, Salzbourg 2016), s’est classé 5e à Rotterdam mi-mars, sa dernière sortie internationale. Pour mieux se préparer ?…

 

Que représente le Karaté pour toi ?

C’est mon travail, mon métier, mon loisir et mon plaisir.

 

Kumite ou Kata ?

Kumite. Cela m’arrive de pratiquer le Kata mais assez peu. Par contre, je fais beaucoup de Kihon au Dojo de mon Senseï (Marcelo Oguido).

 

Quelle est ta technique préférée ?

Kizami Zuki et les take downs.

 

En tant que Brésilien, que représente la famille Machida pour toi ?

C’est une famille que je respecte. Elle a divulgué et valorisé mon sport au Brésil et dans le monde entier.

 

Si je te dis Jeux Olympiques, qu’est-ce qui te vient à l’esprit ?

Beaucoup de compétitions ! Tous les tournois de Karate 1, les Jeux d’Amérique du Sud, les Championnats d’Amérique du Sud, les Championnats panaméricains et les Championnats du monde.

 

A quoi ressemble ton entraînement ?

Je m’entraîne 2 fois par jour, 6 jours par semaine. Je travaille aussi avec un psychologue. C’est très important. Si je me sens bien, je peux bien combattre.

 

Quel est ton adversaire le plus dangereux : Da Costa, Uygur, Tadissi, Thomas, Shinohara, toi-même… ?

Tous les athlètes de la catégorie sont dangereux. Tout le monde a tellement la possibilité de gagner que le podium change à chaque fois. L’important est d’être bien préparé physiquement, techniquement, mentalement et tactiquement.

 

Aimes-tu regarder d’autres sports de combat ?

Oui, j’aime regarder le MMA à cause du spectacle proposé. Mais j’aime beaucoup regarder le Karaté. Quand je ne suis pas présent à la compétition, je regarde toujours les combats sur mon ordinateur. Et quand je suis présent, j’insiste pour regarder les combats de ma catégorie comme ceux des autres aussi. En plus de beaucoup apprendre, regarder est quelque chose que j’apprécie vraiment.

 

Qu’aimes-tu faire en dehors du Karaté ? Quels sont tes hobbies ?

J’aime écouter de la musique, rester en famille, manger et… le Karaté !

 

Quel conseil donnerais-tu à un adolescent qui rêve de devenir champion ?

Se dédier entièrement au Karaté. Faire tout ce qui est nécessaire pour atteindre son objectif et toujours tenter de s’améliorer. Fréquenter une personne d’expérience, rencontrer des gens qui ont le même objectif et qui croient en leur rêve. Parce que personne ne peut rien faire seul.