Judo – Sagi Muki : « La plus belle émotion possible »

Judo : Il a été sacré champion d’Europe (-81 kg) chez lui à Tel Aviv)

Judo - Sagi Muki : « La plus belle émotion possible »

Israël a un nouveau héros ! Son nom ? Sagi Muki. Déjà sacré champion d’Europe en 2015 (-73 kg), le natif de Netanya a été au bout de lui-même pour s’emparer du titre des -81 kg porté par un formidable public tout acquis à sa cause. Tombeur du Français Allardon (Ippon), du Belge Casse, du Hongrois Csoknyai, 5e des Mondiaux 2017 (Ippon), il a ensuite dominé le Russe Lappinagov, finaliste du Masters de St-Pétersbourg, en ½ finale (disqualification). En finale, opposé au surprenant Belge Chouchi, Sagi Muki a dû s’employer pour le battre au Golden Score sur un contre. Mais, avec l’appui d’un public chauffé à blanc, rien ne pouvait lui arriver, sinon gagner. Chapeau !

 

Par Ludovic Mauchien à Tel Aviv

 

« C’est complètement fou ! Ce qui s’est passé aujourd’hui (lire vendredi), gagner ici, en Israël, dans une nouvelle catégorie, après une saison difficile pour moi, les Championnats d’Europe pour la 2e fois, c’est la plus belle émotion possible. J’ai eu de bonnes sensations mais je pense que je ne suis toujours pas au top de ma forme physique parce que je viens de commencer à combattre dans cette nouvelle catégorie. Ça prend du temps mais, désormais, j’en ai un peu devant moi (il sourit).

Le public m’a énormément aidé. Ce qui ressemblait le plus à cette ambiance, c’était les Jeux olympiques. Mais sentir et entendre 4000 Israéliens vous soutenir, c’est le rêve de tous les judokas israéliens. C’est la première fois que je combats en Israël dans une grande compétition comme les championnats d’Europe. Pour moi, c’est un rêve qui est devenue réalité. Je suis très heureux !

Le public m’a donné beaucoup de force. Je suis content d’avoir transformé ses encouragements positivement. Je suis heureux d’avoir pu gérer cette pression. Et je suis content pour le pays. Le public m’a beaucoup aidé.

Mon combat le plus difficile a été la finale. Nous avions combattu quelques fois l’un contre l’autre et il a visiblement appris à m’affronter. Je suis content d’avoir pu faire ce que j’ai fait au Golden Score (le contrer). Pour moi, cela rajoute du plaisir ».