Enzo Montarello : « Intégrer les évolutions apportées à mon Karaté »

Karaté : Unique Kata man français à l’Open de Paris (26-28 janvier)

Enzo Montarello : « Intégrer les évolutions apportées à mon Karaté »

Vice-champion du monde Espoirs en 2013, double champion d’Europe Espoirs en 2012 et 2015, Enzo Montarello est à 23 ans la figure de proue du Kata français et sera l’unique représentant tricolore en individuel lors de l’Open de Paris. Concentré sur sa mission, il ne sera pas aligné en équipe avec ses copains vice-champions du monde, Lucas Jeannot et Ahmed Zemouri, avec lesquels il a gagné l’Open de Paris 2015 et 2016.

 

Par Ludovic Mauchien

 

Quel est ton Kata préféré en ce moment ?

J’aurais tendance à dire Gankaku car c’est mon kata « phare », celui que je fais généralement en finale ou pour sortir des têtes de série. C’est celui que je maîtrise le mieux.

Mais, en ce moment, je dirais Kankusho car je suis en plein travail technique sur mon karaté pour essayer d’évoluer et je sens que ce travail se met en place sur ce kata. Je prends beaucoup de plaisir à le faire et à le travailler.

 

Comment as-tu préparé cet Open de Paris ?

Depuis octobre, je suis dans un cycle de préparation pour les Championnats d’Europe (10-13 mai à Novi Sad, Serbie). Donc, pour le moment, je suis surtout centré sur la prépa physique et la prise de masse.

L’Open de Paris est une compétition super importante, surtout pour marquer les esprits. Mais, pour moi, elle correspond aussi, dans mon cycle, à une compétition de préparation où je vais essayer de mettre en place tous les paramètres que j’ai travaillés. Et ce sera le cas à toutes les compétitions jusqu’aux Championnats d’Europe.

 

Quel planning prévois-tu pour 2018 ?

Le planning sera très chargé avec des déplacements à Paris toutes les semaines (il habite Marseille) pour des entraînements perso sur deux jours avec mon entraîneur en équipe de France, Ayoub Neghliz. Il y aura aussi quasiment une compétition par mois, voire toutes les deux semaines, plus mes études de kiné en parallèle. Ce sera un planning très chargé ! Mais c’est pour la bonne cause !

 

Quels sont tes objectifs prioritaires ?

Mon objectif est d’intégrer au maximum les petites évolutions apportées à mon Karaté, continuer la prépa physique jusqu’au début du parcours de qualification olympique (juillet) et performer aux Championnats d’Europe.

 

Est-ce que les modifications à la formule de compétition changent quelque chose pour toi ?

La compétition à 64 personnes est vraiment une belle progression. Tout le monde aura six tours à faire au lieu de sept voire huit, ce qui facilite les choix de kata et la stratégie à mettre en place.

Il n’y a plus de tirage impair et, surtout, l’enchaînement des tours se fera beaucoup plus rapidement. Quand il y avait 180 participants, on attendait pas loin de 1h30 entre le premier et le deuxième tour. C’était vraiment difficile à gérer.