Résultats jour 6 : Le Japon, Teddy Riner et moi, et moi, et moi

Judo : Championnats du monde à Budapest / 6e jour

Judo : Championnats du monde à Budapest / 6e jour

Le Japon a écrasé ces Championnats du monde disputés à la Laszlo Sport Arena de Budapest (28 août-3 septembre) en remportant 7 médailles d’or, soit 50% du total. Samedi, pour la dernière journée de compétition en individuel, le Français Teddy Riner a remporté un 9e titre consécutif, la Chinoise Yu Song un 2e et le Japonais Wolf son 1er. Les faits marquants.

 

Par Ludovic Mauchien

 

Riner a eu chaud !

Et de neuf ! Teddy Riner a un peu tremblé samedi à Budapest mais reste toujours invaincu depuis 13 septembre 2010, soit 134 succès d’affilée. Après avoir infligé 4 Ippons d’affilée, dont un en ¼ de finale au Brésilien Silva, double médaillé olympique, le Français a eu très chaud face au jeune Géorgien de 22 ans, Guram Tuchichvili (1,92 m ; 115 kg), que beaucoup considère comme le Judoka qui « peut » faire tomber Teddy Riner. Il l’a fait ! Au bout de 11 secondes en Golden Score, Tuchichvili plaçait un Sasae, le Français s’envolait mais retombait sur le coude. Le Waza ari aurait pu être accordé tant ce genre d’action similaire a été récompensée depuis le début du tournoi. Mais il n’en fut rien. Le champion d’Europe 2017 n’aura pas d’autres occasions. 14 secondes après, c’est lui qui se retrouvait à terre, pour de bon cette fois. Teddy Riner n’avait plus été inquiété de la sorte depuis sa demi-finale olympique face à Or Sasson.

En finale, face au n°1 mondial, le Brésilien Moura, le Français ne s’est pas montré aussi conquérant que par le passé. Il est vrai que celui-ci était un brin à court d’entraînement. Après 4 minutes terne et sans saveur, il plaça une accélération fatale au bout de 1 minute 50 au Golden Score (Sasae). C’en était fait. Même quand il n’est pas au top de sa forme, Teddy gagne. Mais cela devient de plus en plus dur…

 

Liparteliani si près.

Le Géorgien Varlam Liparteliani dit « Lipo », comme le scandait le public, semble maudit. Une fois encore, une fois de plus, l’or mondial lui file entre les doigts. Après l’argent en 2013, le bronze en 2014 et 2015 (en -90 kg), le triple champion d’Europe remporte sa 1ère médaille en -100 kg mais elle n’est « qu’en » argent. Pourtant, Liparteliani semblait avoir la maîtrise des événements dans cette finale des -100 kg, sa nouvelle catégorie, qui l’opposait au Japonais Aaron Wolf, 21 ans (2 victoires à Tashkent et à Oulam Bator en 2015). Mais le Géorgien de 28 ans, médaillé d’argent aux JO de Rio, se faisait piéger au Golden Score sur O Uchi gari. Rageant ! D’autant plus qu’il avait auparavant dominé, en ¼ de finale, le Russe double vice-champion du monde (2009, 2015), Kirill Denisov, puis, en ½ finale, l’Azerbaïdjanais Elkhan Mammadov (Aze), champion du monde en 2013 (3e en 2010) et champion d’Europe en 2017.

 

Tushishvili, c’est pas fini…

C’est notre coup de coeur de la journée. Il ne se classe que 5e mais il aura marqué les esprits, par son Judo offensif, par son appétence du combat, par sa vista. Au-delà de son combat en ½ finale face à Teddy Riner (voir ci-dessus), le jeune Géorgien de 22 ans s’est montré très enthousiasmant. Malheureusement pour lui, il ne put aller au bout de son histoire, piégé par le Mongol Naidan, double finaliste olympique (or en 2008, argent en 2012), suffisamment expérimenté pour maîtriser la fougue du jeune Guram. Tushihsvili termine finalement 5e des +100 kg.

 

Yu Song double la mise.

On attendait la talentueuse Japonaise de 20 ans, Sarah Asahina. Mais la championne du monde cadette (2011) et junior (2014), vainqueur de 3 Grands Slam (Tokyo, Paris et Ekaterinbourg) ces derniers mois, s’est fait piéger par la Chinoise Yu Song en finale. Cette dernière a parfaitement manœuvré pour parvenir à faire sanctionner son adversaire à trois reprises et la voir disqualifier au bout de 1 minute et 56 secondes au Golden Score.

 

France : Riner et c’est tout.

Cette fois, l’arbre ne cache plus la forêt. Hormis Teddy, c’est morne plaine pour l’équipe de France masculine de Judo qui repart de Budapest avec une seule breloque, celle de Riner et même aucune phase finale, hormis celle de Teddy. Cyrille Maret (-100 kg) a en effet été éliminé dès le 2e tour par le Letton Borodavko en encaissant un Waza ari à l’ultime seconde. De son côté, la championne olympique, Emilie Andéol (+78 kg), est passée à la trappe en ¼ de finale sur une erreur de débutante face à la championne d’Europe formée à l’Insep et désormais Turque, Kayra Sayit (Ippon au bout de 2 minutes). En repêchage, la Française, opposée à la Néerlandaise Savelkouls, était sanctionnée à reprises et, donc, disqualifiée.

 

Les podiums du jour

-100 kg

  1. Wolf (Jap)
  2. Liparteliani (Géo)
  3. Gasimov (Aze) et Denisov (Rus)

 

+100 kg

  1. Riner (Fra)
  2. Moura (Bré)
  3. Naidan (Mgl) et Silva (Bré)

 

+78 kg

  1. Yu Song (Chi)
  2. Asahina (Jap)
  3. Kim Minyeong (Cor) et Kindzerska (Aze)

 

Classement des nations

  1. Japon (7 or, 4 argent, 3 bronze)
  2. France (2, 0, 1)
  3. Mongolie (1, 1, 4)
  4. Brésil (1, 1, 2)
  5. Serbie, Chine, Allemagne (1, 0, 0)
  6. Azerbaïdjan (0, 2, 2)
  7. Slovénie (0, 2, 0)
  8. Russie (0, 1, 3)