Un bronze amer pour la France

Kata par équipe masculin

Kata par équipe masculin

Ils étaient clairement venus pour remporter la médaille d’or. Champions d’Europe en titre, vice-champions du monde, Lucas Jeannot, Ahmed Zemouri et Enzo Montarello se sont remis de leur immense déception de l’élimination du 1er tour pour aller chercher le bronze, leur 4e médaille en autant d’apparitions. La marque des grands champions.

Par notre envoyé spécial à Kocaeli (Turquie), Ludovic Mauchien

Vendredi, le ciel leur est tombé sur la tête dès le 1er tour. Défaite 5-0 ! Le couperet est tombé, sans appel. Les juges ont donc largement préféré l’interprétation d’Unsu des Italiens plutôt que celui des Français. Ils ont ensuite su réagir pour avoir le droit de disputer la médaille de bronze dimanche face au Monténégro.

Après un Kanku Sho rondement mené, Enzo Montarello, Lucas Jeannot et Ahmed Zemouri ont exécuté un Bunkaï tonique et puissant qui leur a permis de dominer le Unsu des Monténégrins. Victoire 3-2 seulement pourtant. Les voix des arbitres sont parfois impénétrables…

Après le bronze en 2015, l’or en 2016, l’argent aux Mondiaux 2016, le trio tricolore remporte sa 4e médaille d’affilée !

Lucas Jeannot

« On peut dire que cette médaille de bronze est un soulagement, au vu des drapeaux qui se sont levés (3-2) parce que l’on a eu peur. C’est un soulagement de repartir avec une médaille, d’être présent sur le podium, de montrer que la France est toujours l’une des meilleures nations européennes et mondiales.

Après, nous ne sommes pas venus pour cette médaille là… Je suis content parce que c’est une médaille et on ne peut pas cracher dessus. On a des collègues de l’équipe de France qui repartent sans médaille, des personnes qui ne sont pas sélectionnées et qui rêvent de monter sur ce podium-là. Pour cela, je ne peux pas ne pas être content. Après, compte tenu du travail que nous avons fourni, l’engagement personnel et collectif qu’on a mené, on ne peut pas être satisfait d’une médaille de bronze, surtout en gagnant 3-2. C’est un soulagement mais ce n’est pas une satisfaction »

Enzo Montarello

« Au moins, on ne repart pas sans rien. On a pris une grosse, grosse claque vendredi. On a eu tout le vendredi après-midi pour se poser et décompresser. Samedi, on s’est remotivé pour cette place de 3. On a fait le taff même s’il y a eu 2-3 petites imprécisions, dans le travail, on y était, dans l’intensité, on y était.

En tant que compétiteur, on veut toujours gagner. L’important, quoiqu’il en soit, est de toujours arriver à se placer sur ce podium.

Même si on prend une grosse claque au 1er tour, il faut se remotiver. C’est ça la marque des vrais champions. Même quand on perd, même quand on est moins bien, il faut arriver à se remotiver, à se remettre dedans et aller chercher la médaille.

Vendredi, il nous a peut-être manqué un peu ce brin de folie qui a fait la différence à Montpellier (en 2016) et à Linz (aux Mondiaux). Peut-être que, comme c’était un 1er tour, on était un peu moins électrique, un peu plus dans le calcul, je ne sais pas… 5-0, cela fait très mal parce que je ne l’ai pas senti venir. Je m’attendais à un 3-2 d’un côté ou de l’autre mais pas 5-0. Franchement, il fait très, très mal.

Ahmed Zemouri

« C’est un soulagement. Une remise en question ? On n’attend pas de perdre pour l’avoir, dans le sens où l’on part comme si nous n’avions rien gagné du tout. Dans nos têtes, on ne part jamais favori, avec l’espèce d’auréole du champion. Non, non, non ! Dans nos têtes, c’est : nous disputons une nouvelle compèt, personne ne nous connaît. Il faut faire nos preuves.

Ce n’est pas un mal pour un bien. Je me suis préparé comme tous les athlètes, à savoir très durement pour cette compétition.

Je viens pour l’or, notre équipe vient pour l’or. Se faire éliminer au 1er tour, ça fait mal. 5-0, encore plus. Contre des rivaux que l’on connaît bien, encore plus.

Donc, un mal pour un bien, je ne sais pas… On ne partait pas avec la grosse tête. On partait avec une humilité de challenger. Ca nous fait autant mal comme si on était débutant.

Vendredi, sur le coup, j’étais extrêmement déçu. C’est tout à fait normal. C’est frustrant mais quand on joue à un jeu et que l’on en a accepté les règles, il faut accepter les conséquences ».