Docteur Jekill et Mister Hyde

Karaté : Championnats d’Europe / Kata par équipe

Karaté : Championnats d’Europe / Kata par équipe

D’un côté, les vice-champions du monde et champions d’Europe éliminés dès le 1er tour par l’Italie. De l’autre, l’équipe féminine qui se hisse en finale pour la 1ère fois. Le Kata français a présenté deux visages bien différents vendredi à Kocaeli lors des Championnats d’Europe de Karaté (4-7 mai). Leurs réactions.

Par notre envoyé spécial à Kocaeli (Turquie), Ludovic Mauchien

5-0 ! Le couperet est tombé, sans appel. Les juges ont donc largement préféré l’interprétation d’Unsu par les Italiens plutôt que celui des Français (Enzo Montarello, Lucas Jeannot et Ahmed Zemouri). Heureusement pour nos Tricolores, les Italiens, qui présentaient une nouvelle équipe (Busato, Iodice, Tocco) ont fait le travail jusqu’au bout. L’équipe de France concourrera donc pour la médaille de bronze dimanche.

Chez les filles, c’était l’euphorie ! 3e sortie en championnat international, 1ère finale. Marie et Lila Bui ainsi que Sandy Scordo ont successivement dominé la Croatie (5-0), la Turquie (4-1) et l’Allemagne (5-0) pour avoir le droit de jouer l’or dimanche contre les Italiennes. Un parcours sans faute et réalisé avec brio.

Enzo Montarello

« On y était, tous les trois, on y était. On ne s’est pas ch… dessus du tout. Et… Je ne sais pas ce qui s’est passé, honnêtement. Je me suis bien senti dans le Kata, on s’est bien senti. Il n’y a pas eu de décalage. Il nous manquait peut-être un peu ce brin de folie qui a fait la différence à Montpellier et à Linz. Peut-être que, comme c’était un 1er tour, on était un peu moins électrique, un peu plus dans le calcul, je ne sais pas… 5-0, cela fait très mal parce que je ne l’ai pas senti venir. Je m’attendais à un 3-2 d’un côté ou de l’autre mais pas 5-0. Franchement, il fait très, très mal.

Il y a encore la médaille de bronze à aller chercher mais je me remotiverai demain. Là, je vais me poser, on va réfléchir, on va se calmer et demain on repart ».

Ahmed Zemouri

« Personne n’est invincible ! C’est dans la vie normale d’un athlète de gagner mais aussi de connaître des moments de défaite. On va analyser mais, pour le moment, on va se remobiliser. Il y a une médaille de bronze à aller chercher.

On se sentait bien, de l’intérieur. Pour nous, l’esprit y était. J’ai senti mes coéquipiers engagés. De l’extérieur, peut-être que non. C’est ce qui était le plus important. On va voir ce que cela donne. On en reparlera avec le coach plus tard. Là, il faut se remobiliser très, très vite pour dimanche. On ne crache pas sur une médaille de bronze à un Championnat d’Europe. C’est très important quand même.

Pour se remobiliser, j’ai la chance d’avoir Enzo et Lucas. Je sais qu’ils vont se remobiliser assez vite. Me concernant, sur le coup, j’étais extrêmement déçu. C’est tout à fait normal. C’est passé et la compétition n’est pas finie. C’est frustrant mais quand on joue à un jeu et que l’on en a accepté les règles, il faut accepter les conséquences. »

Lucas Jeannot

« C’est compliqué d’analyser à chaud. On savait que c’était un tour difficile contre l’Italie, surtout au 1er tour. Peut-être que l’on n’est pas rentré suffisamment dans la compétition, que l’on n’a pas été suffisamment agressifs.

On a eu de bonnes sensations lors de ce tour, même à l’échauffement, on était bien aussi. Je ne sais pas… il aurait peut-être fallu en remettre une couche.

Cela fait partie de la vie du compétiteur de se remettre de ces émotions après une défaite. Il faut rester lucide si on a gagné, il faut rester motivé si l’on a perdu. Il reste une médaille à aller chercher et on est aux Championnats d’Europe. On doit le faire pour la France et pour nous ».

Marie Bui

« Etre en finale représente énormément de joie. Personnellement, j’avais tendance à douter. Les filles ont su me remettre dans l’envie, l’envie de montrer qu’n était capable d’aller au bout. C’est un bel aboutissement pour cette équipe.

A chaque fois, elles m’ont dit de prendre les tours les uns après les autres. Face à la Turquie et l’Allemagne, elles m’ont dit de prendre ces tours comme une finale. On a bien su se mobiliser, se concentrer, se focaliser sur nous, rester dans notre bulle. On a eu de bonnes sensations et cela fait plaisir.

La finale contre les Italiennes… On a souvent été confronté à elles lors des tournois de préparation, dans les K-1. Jusqu’à présent, elles nous ont toujours battues, des 3-2, des 4-1. On va faire comme sur les tours éliminatoires, on va se donner à fond. Adviendra ce qu’adviendra (rires) ».

Lila Bui

« C’est un soulagement et c’est une belle victoire d’aller en finale. C’était notre 3e sortie. A Montpellier (défaite au 1er tour) et à Linz (défaite au 2e tour), nous avons eu 2 belles désillusions. On s’est vraiment fait plaisir. Ce n’est que du bonheur.

J’ai l’impression qu’on était un peu plus détachées dans le sens où l’on ne s’est vraiment pas pris la tête. On s’est considérée comme de complets outsiders. On n’a pas fait de podium, on est personne, on y va pour tout déchirer, sans pression parce qu’on avait tout à gagner.

Depuis qu’on est arrivée en Turquie et que l’on a eu le tirage au sort, j’ai eu ce truc qui m’a dit : « c’est notre moment, on peut faire quelque chose », sans se mettre de pression, juste kiffer. On est toujours dans la passion et je pense que c’est cela qui a marché.

On sait que les Italiennes que l’on va retrouver en finale sont très, très fortes, talentueuses sur le Bunkaï et le Kata. On devra être dans la même optique que pour les éliminatoires. On n’a rien à perdre face à elles. Elles sont multiples médaillées mondiales et européennes. On va faire notre boulot. On va se déchirer. Quoiqu’il en soit, 1ère ou 2e, c’est déjà une victoire ».

Kata par équipe Homme

Finale : Espagne vs Italie

Médailles de bronze : France vs Monténégro et Russie vs Azerbaïdjan

Kata par équipe Femmes 

Finale : France vs Italie

Médailles de bronze : Espagne vs Portugal et Allemagne vs Turquie