Audrey Tcheuméo : « 6 mois de vacances, 15 kg à perdre… Un bon début »

Judo : Retour gagnant pour la vice-championne olympique au Grand Slam de Paris

Judo : Grand Slam de Paris / bilan du 1er jour

Elle nous aura tout fait ! Un Ippon en 24 secondes puis une finale de plus de 7 minutes sans que rien ne se passe, sinon 5 Shido. L’interminable suspense ? Savoir qui de la Japonaise ou de la Française allait se prendre la 3e pénalité synonyme de défaite.

Ce sera Sato. Audrey Tcheuméo en rigole encore. 6 mois de vacances, 15 kg à perdre en 2 semaines, et elle gagne ! A sa manière, avec humour et volubilité, « Tchoum » nous raconte sa 3e victoire au Grand Slam de Paris (11-12 février). Un régal…

Par Ludovic Mauchien

Est-ce que tu t’es éclatée en finale ?

Disons que c’était assez compliqué. C’était plus stratégique qu’autre chose. Elle m’a vraiment étudiée. J’ai su garder la tête haute. J’ai su avancer. Je n’étais pas stressée. D’habitude, sur des situations comme celles-ci, j’ai tendance à sombrer mais là, je partais au combat. C’est vraiment un bon point. Je reviens de 6 mois de vacances, avec 15 kg à perdre en 2 semaines… Je trouve que c’est un bon début. C’est même parfait (elle éclate de rire) !

Drôle de finale, non ?

C’était purement tactique. Les filles me connaissent par cœur. Cela fait plus de 6 ans que je suis sur le circuit. Forcément, il n’y pas toujours Ippon. Elle, en plus, a trouvé une phase spécialement pour moi. C’est tout le temps comme ça avec elle.

Avant, je lui mettais toujours des boites. Mais, plus le temps passe, plus elle est vigilante sur les mains. En plus, elle me poussait. Elle se mettait en gauchère, et non en droitière. Mais, bon, c’est passé.

Sur le tapis, étais-tu à te demander qui allait prendre le 3e Shido, comme tout le monde ? 

Bizarrement, je savais que la pénalité allait tomber pour elle. Franchement, ce Shido était pour elle depuis longtemps. Elle ne faisait que me pousser. Dieu merci, ce n’est pas tombé sur moi (elle rit).

Physiquement, cela n’a pas dû être simple ?

Je suis allée au combat comme à la maison, puisque j’y étais, avec tous ces encouragements. J’ai trouvé un 2e souffle. C’est le public qui m’a donnée la force.

En ½ finale, tu mets encore un O Soto dont tu as le secret…

Pour moi, c’était le combat qui s’annonçait le plus difficile. La Coréenne (Park Yujin) met tout le temps des coups de pied, des manchettes… Je me suis dit : « eh, Tchoum, tu y vas, tu t’en fous, et… je suis partie (elle rit) » (elle gagne au bout de 24 secondes).

Quels sont tes objectifs pour 2017 ? 

A court terme, les Championnats d’Europe. A long terme, les Championnats du monde. Je vais travailler avec Lucie Decosse. C’est une nouvelle forme d’entraînement, c’est assez agréable.

Cela me change beaucoup car Cathy (Fleury), c’était ma maman, c’était tout dans mon Judo. Quand elle est partie, j’ai eu un coup de blues. J’avais du mal à me motiver.

Lucie m’a, comment dire…, attendri les choses. Elle m’a fait comprendre certaines choses. Je suis contente de travailler avec elle. C’est assez particulier entre elle et moi puisque c’est une copine. C’est cool.