La jeunesse au pouvoir

Judo : 2e jour du Grand Slam de Paris

Judo : 2e jour du Grand Slam de Paris

Eternel Japon ! La 2e journée du Grand Slam de Paris (11-12 février) a confirmé la tendance de la 1ère. Les Japonais ne connaissent pas la crise. Avec Kentaro Iida, 18 ans, et Sarah Asahina, 20 ans, vainqueurs en -100 kg et +100 kg, les prévisions sont même optimistes pour l’avenir.

Cela étant, c’est l’un des enseignements de cette 2e journée. La jeunesse s’affirme et pas seulement au Japon, tant les Kohai sont nombreux sur les podiums. Le plus bel exemple : le Néerlandais Frank De Wit, 21 ans, vainqueur en -81 kg.

Au final, le Japon, avec 13 médailles, dont 7 en or, s’est montré le plus prolifique, devançant la Corée (5 médailles, 2 en or) et la France (11 médailles, 1 en or).

Par Ludovic Mauchien

Hommes

-81 kg

Place à la jeunesse ! A tel point que le finaliste malheureux, le Géorgien Rekhviashvili, fait figure d’ancien avec ses 25 ans. 3e des championnats d’Europe 2013, celui-ci s’est fait griller la politesse lors du Golden Score de la finale (Waza ari) par le Néerlandais Frank De Wit, champion du monde Juniors 2015, qui ouvre son compteur en Grand Slam et, par là-même, s’offre un joli cadeau pour ses 21 ans.

Les deux Français, Baptiste Pierre et Pape Ndiaye, respectivement 21 et 22 ans, ont montré de très belles choses pour, eux aussi, remporter leur 1ère médaille en Grand Slam. Ndiaye, 3e des championnats du monde Juniors 2014, se payait même le luxe de tomber le champion d’Asie 2013, le Coréen Hong.

1. De Wit (PB)

2. Rekhviashvili (Géo)

3. Ndiaye (Fra) et Pierre (Fra)

 

-90 kg

C’est fait ! La Chine a ouvert son compteur en Grand Slam chez les hommes. L’auteur ? Le tombeur d’Ilias Iliadis et médaillé de bronze à Rio, Xunzhao Chen. En finale, il a dû attendre le Golden Score pour marquer un Ippon sur son spécial (Ippon Seoi Nage combiné à un O Soto Gari) face au Français Axel Clerget, qui aura tout tenté. Ce dernier avait dominé le Coréen Donghan Gwak, champion du monde 2015 et 3e des JO 2016, en ½ finale. Il remporte ainsi sa 3e médaille d’argent en Grand Slam après Tokyo et Abu Dhabi en 2016.

1. Cheng (Chi)

2. Clerget (Fra)

3. Gwak (Cor) et Zgank (Slv)

-100 kg

Sa réputation de perle du Judo nippon l’avait devancé. Lui l’a confirmé. Kentaro Iida, 18 ans, 3e Grand Slam Tokyo 2016, a empêché le Français Cyrille Maret, 3e des JO de Rio, de réaliser la passe de 4 à Paris. En finale, le « nouvel Inoue » s’est fendu d’un Uchi Mata propre et dévastateur pour ouvrir son palmarès en Grand Slam. Cela sent la revanche aux Mondiaux de Budapest…

1. Iida (Jap)

2. Maret (Fra)

3. Fonseca (Por) et Liparteliani (Géo)

+100 kg

Comme chez les femmes, la finale des lourds masculins opposait 2 Japonais pour un duel de génération. Et comme ce fut souvent le cas lors de cette édition 2017, c’est la jeunesse qui a pris le pouvoir. Takeshi Ojitani, 25 ans, déjà vainqueur du Grand Slam de Tokyo en décembre, réalise la passe de deux en s’imposant face à son aîné, le double vice-champion du monde 2014 et 2015, Ryu Shichinohe (28 ans). L’enjeu ? Avoir le droit d’affronter Teddy Riner…

1. Ojitani (Jap)

2. Shichinohe (Jap)

3. Ulziibayar (Mon) et Silva (Bré)

Femmes

-70 kg

Le coaching précieux dispensé par la double championne olympique, l’Américaine Kayla Harrison, à sa copine canadienne n’aura pas suffi. Kelita Zupancic, ex n°1 mondiale, n’a rien pu faire en finale face à la Japonaise Chizuru Arai, 2e du Grand Slam de Tokyo. Un 1er Waza sur O Soto Garami puis un magnifique retournement pour conclure en Ne Waza sur Tate shiho gatame. Ippon !

Derrière, la nouvelle garde arrive. La Vénézuélienne Rodriguez, 20 ans, et la Néerlandaise Van Dijke, 21 ans, montre le bout de leurs dents. Avant de mordre ?

1. Arai (Jap)

2. Zupancic (Can)

3. Rodriguez (Ven) et Van Dijke (PB)

-78 kg

Plus de 7 minutes d’affrontement stérile ! La finale qui a opposé la Française Audrey Tcheuméo, 2e des JO de Rio et ancienne championne du monde, à la Japonaise Ruika Sato, 1ère du Grand Slam de Tokyo fin 2016, n’aura valu que par le suspense de l’attribution du 3e Shido à l’une des deux. Les juges ont finalement décidé de sanctionner la Japonaise lors du Golden Score. Tcheuméo remporte ainsi son 3e titre à Paris.

1. Tcheuméo (Fra)

2. Sato (Jap)

3. Steenhuis (PB) et Camara (Fra)

+78 kg

Pour le spectacle, on repassera. Pour le suspense de la hiérarchie à venir, on est servi. La championne olympique, la Française Emilie Andéol, s’est fait surprendre en ½ finale par la toute jeune Japonaise (20 ans), Sarah Asahina. Cette dernière, championne du monde Juniors 2014, s’est ensuite payé le scalp de sa compatriote Kanae Yamabe, 3e des JO de Rio, à l’issue de 3 Shido (Hansoku Make). Cela promet pour les Mondiaux du Budapest en août.

1. Asahina (Jap)

2. Yamabe (Jap)

3. Kim Minjeong (Cor) et Andéol (Fra)

Classement des nations

1. Japon (7 or, 4 argent, 2 bronze)

2. Corée (2, 1, 2)

3. France (1, 4, 6)

4. Pays-Bas (1, 1, 1)

5. Kosovo (1, 0, 1)

6. Chine et Slovénie (1, 0, 0)

8. Azerbaïdjan et Géorgie (0, 1, 3)