Cyrille Maret : « Il va falloir que je le batte la prochaine fois »

Judo : En route vers « sa » médaille mondiale, il a été battu par le jeune Iida

Cyrille Maret : « I will have to beat him next time… »

Il n’a pas gagné son 4e Grand Slam de Paris d’affilée, battu en finale des -100 kg par le jeune prodige japonais, Kentaro Iida, 18 ans. Il n’est pas pour autant affecté. Le Français Cyrille Maret est en préparation. Il est en route vers une médaille mondiale en août prochain aux Mondiaux de Budapest.

Le nouveau règlement, le « nouvel Inoue », le nouveau Maret… Le médaillé de bronze des JO de Rio livre son regard.

 

Par Ludovic Mauchien

 

Quel bilan tires-tu de ce Grand Slam de Paris 2017 ?

Dans l’ensemble, il est positif, même si je m’incline sur ce jeune Japonais en finale. Pour moi, c’était une compétition de reprise, même si c’est malheureux de dire cela d’un gros tournoi comme Paris. Mais c’est le cas.

J’avais tout de même à cœur d’être performant et de gagner pour la 4e fois d’affilée, devant mon public, devant ma famille, devant tous mes amis qui font le déplacement.

 

Comment te sentais-tu ?

J’ai eu du mal à me déplacer, un peu de mal à attaquer et à faire tomber, mais j’y suis allé avec les moyens dont je disposais ce week-end, c’est-à-dire, relativement physiques. J’avais la caisse quand même. Et je pense avoir montré de belles choses.

Après, j’ai gagné 3 fois de suite ce tournoi mais je n’ai pas réussi à être champion du monde, ni médaillé mondial durant ces 3 saisons. Mon objectif, clairement, n’est pas d’être champion de Paris, mais d’être champion du monde à la fin de l’été.

 

Pour ce faire, il faudra certainement que tu domines Kentaro Iida. Quelle impression t’a-t-il fait ?

Je l’avais repéré au tournoi Juniors d’Aix-en-Provence, où il a facilement gagné. Je l’ai ensuite vu au Grand Slam de Tokyo en décembre, lors de sa défaite contre Denisov, qui m’a ensuite dominé en finale. C’est un jeune qui travaille très bien, droitier en plus. Je ne connais pas énormément de Japonais qui m’ont causé des soucis en droitier.

Je laisse passer une séquence et il arrive à monter sur Uchi Mata. Je sais qu’il le fait bien. J’ai eu un petit moment d’égarement dans cette finale où je le laisse placer sa main et il attaque main en haut, avec le revers. Sinon, durant tout le combat, j’ai bien bloqué sa main et cela l’a empêché de pouvoir s’exprimer.

Je vais continuer à travailler sur ce genre de profil. Il va falloir que je le batte la prochaine fois.

 

Quelles sont tes 1ères impressions des nouvelles règles ?

Dans l’ensemble, il faut faire tomber. Cela ne change pas de l’habitude pour moi. C’est vrai que, 4 minutes, cela passe vite. A partir du moment où l’on marque, c’est difficile d’aller chercher le point derrière, car le temps s’écoule très vite. Quand tu dois courir après le score, c’est délicat.

Il va falloir s’adapter, tout simplement faire tomber. C’est un règlement qui est fait pour. C’est ce que j’arrive pas mal à faire.

 

Depuis les Jeux, tu gagnes les Championnats de France, tu es 2 fois en finale de Grand Chelem, ton bilan est plutôt positif…

C’est sûr, c’est positif. Le seul regret que je puisse avoir est de ne pas avoir gagné à Paris pour la 4e fois consécutive, pour la beauté du geste. Sinon, tout est positif. Je me classe à chaque fois. Je réponds présent sur mes sorties. C’est le plus important.

J’ai encore usé quelques cartouches avec cette descente au poids. Mais, globalement, j’étais bien. Il m’a manqué un peu de mobilité. Il me manque forcément de l’entraînement. Même si j’ai repris assez tôt, je n’ai pas mis la qualité et l’intensité qu’il faudrait avoir pour être supra performant sur toutes mes sorties.

 

Est-ce que cela a changé quelque chose d’avoir le statut de médaillé olympique ?

Forcément, c’est différent. On aborde la compétition plus sereinement. J’ai gagné 3 fois à Paris, je n’ai rien à prouver ici. Aujourd’hui, je prends ce tournoi comme une grosse préparation pour les échéances futures. Un palmarès se crée sur les championnats. Même si j’ai gagné 3 fois à Paris, on retient ma médaille de bronze aux Jeux. Et j’espère de tout cœur que l’on retiendra une belle médaille mondiale à la fin de l’été.