Le Japon en force, les Français placés

Judo : Grand Slam de Paris / bilan du 1er jour

Judo : Grand Slam de Paris / bilan du 1er jour

Merci Hifumi Abe ! Grâce à son Judo enivrant, le jeune Japonais (19 ans) a enthousiasmé le public et s’est permis un doublé, après sa victoire au Grand Slam de Tokyo en décembre. Chez les hommes, ses compatriotes ont été sans pitié et n’ont laissé aucune miette à leurs adversaires.

Chez les femmes, les intouchables Kelmendi et Trstenjak ont encore frappé, tout comme les Coréennes, vainqueurs des 2 autres catégories du jour.

Côté français, aucune victoire au compteur malgré 2 finales (Receveaux et Agbegnenou). Vivement demain…

 

Par Ludovic Mauchien

 

 

Hommes

-60 kg

  1. Takato (Jap)
  2. Lutfillaev (Ouz)
  3. Safarov (Aze) et Papinashvili (Géo)

 

Champion du monde en 2013 et médaillé de bronze aux JO de Rio, le Japonais Naohisa Takato s’est adjugé son 3e Grand Slam parisien (après 2013 et 2015) Samedi. Dans une finale qu’il a dominée, il a fini par trouver l’ouverture au sol et l’a emporté sur l’Ouzbek Lutfillaev par immobilisation (Ushiro kesa gatame).

Côté français, cela n’a pas voulu sourire pour le champion d’Europe Walide Khyar, sorti en 8e de finale par le Coréen Kim Channeyong au Golden Score sur un fauchage. Vincent Limare finit 7e.

 

-66 kg

  1. Abe (Jap)
  2. Ardanov (Rus)
  3. Margvelashvili (Géo) et Shikhalizada (Aze)

Hifumi Abe et sa gueule d’ange ne s’en est pas laissé compter. A seulement 19 ans, le vice-champion du monde Junior 2014 paraît intouchable. Vainqueur du 1er Grand Slam de la saison à Tokyo, en décembre, il a réédité sa performance et est devenu le plus jeune vainqueur du Grand Slam de Paris. Avec lui, les Ippons s’enchaînent dont un magnifique en ½ finale face au Canadien Bouchard (morote seoi nage). En finale, c’est par waza ari (sode tsuri ukomi goshi) qu’Abe va s’imposer à quelques secondes du Golden Score. La victime ? Le Russe Ardanov.

 

-73 kg

  1. Hashimoto (Jap)
  2. An Changrim (Cor)
  3. Heydarov (Aze) et Butbul (Isr)

D’un côté, Soichi Hashimoto, vainqueur lors de ses 4 dernières sorties internationales. De l’autre, le Coréen Changrim An, 3e des Mondiaux 2015. La finale promettait. On attendra le Golden Score pour connaître le vainqueur. Le Japonais conserve son trophée et remporte ainsi son 3e Grand Slam de Paris.

Mention spéciale à l’Azerbaïdjanais Heydarov, triple champion d’Europe Juniors, qui a remporté une belle médaille de bronze aux dépens de son compatriote Orujov.

Côté français, Loïc Korval a effectué un bon tournoi avant de se blesser à la cheville sur l’une de ses attaques en ¼ de finale contre l’Israélien Butbul. Il a dû déclarer forfait pour le bronze.

 

Femmes

-48 kg

  1. Bokyeong Jeong (Cor)
  2. Munkhbat (Mon)
  3. Kondo (Jap) et Nikolic (Ser)

La championne du monde 2013 face à la vice-championne olympique 2016. Munkhbat contre Jeong. La finale des -48 kg avait de l’allure. Le match n’en eut pas ! Pour le spectacle, il faudra attendre la prochaine fois. La Coréenne a fini par s’imposer au bout de 3 pénalités infligées à la Mongole (nouveau règlement oblige).

 

-52 kg

  1. Kelmendi (Kos)
  2. Tsunoda (Jap)
  3. Kuziutina (Rus) et Krasniqi (Kos)

Majlinda Kelmendi n’a pas perdu de sa superbe depuis Rio ou, plus exactement, de son efficacité. Pour sa 1ère compétition depuis les JO, la championne olympique s’est de nouveau imposé, lançant superbement son année. En finale, elle a disposé de la Japonaise Tsunoda sur Waza. Le minimum syndical lui a suffi !

A noter la présence d’une 2e athlète kosovar sur le podium, Distria Krasniqi qui a dominé la Française Astride Gneto pour la médaille de bronze.

 

-57 kg

  1. Youjeong Kwon (Cor)
  2. Receveaux (Fra)
  3. P. Gneto (Fra) et Yoshida (Jap)

1ère médaille en 7 participations ! Vous devez bien imaginer que la Française Hélène Receveaux préférait profiter de l’argent que pleurer pour l’or perdu face à la jeune Coréenne Kwon en finale (2 waza ari). Tout comme Priscilla Gneto, certes défaite par sa rivale nationale en ½ finale, mais tombeuse de la championne olympique brésilienne Rafaela Silva pour le gain du bronze (2 waza ari).

 

-63 kg

  1. Trstenjak (Slv)
  2. Agbegnenou (Fra)
  3. Watanabe (Phi) et Pinot (Fra)

On en rêvait. Elles l’ont fait. On se languissait de voir la Slovène Tina Trstenjak et la Française Clarisse Agbegnenou s’opposer à nouveau à l’occasion d’une 4e finale. La dernière ? C’était à Rio, aux JO. Trstenjak avait gagné, comme lors de leurs deux précédents affrontements. Elles en étaient à 3-3.

Et Trstenjak a encore gagné, sur la même technique qu’à Rio. Immobilisation (tate shiho gatame) ! Ippon ! Alors que la Française semblait plutôt bien contrôler le combat.