Alexandra Recchia : « Je m’excuse »
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp
Open de Paris Alexandra Recchia

 

Le 4 octobre, elle obtenait son CAPA, le certificat d’aptitude à la profession d’avocat, couronnant une décennie d’études. Le 29 octobre, elle remportait deux nouveaux titres de championne du monde (-50 kg et équipe), portant son total à cinq, record du genre. Le 19 janvier, elle prêtait serment et devenait officiellement avocate.

Le 25 janvier, elle démissionnait, après 4 petits mois, de son travail dans un cabinet d’avocats parisiens. Et, vendredi, le 27 janvier, elle combattait à l’Open de Paris, qu’elle a déjà remporté 6 fois.

Cette fois-ci, ce n’est pas passé. Alexandra Recchia a perdu. Elle en avait… perdu l’habitude. Facile dominatrice de l’Allemande Bugur, elle s’est fait surprendre par un magnifique Ushiro Ura venu de nulle part sinon de celle de l’Ukrainienne Kryva à… l’ultime seconde !

Mais, contrairement à l’accoutumée, elle a quitté la compétition avec le sourire, consciente de ses limites du moment.

 

Dans quel état d’esprit as-tu abordé cet Open de Paris ?

C’était compliqué… J’étais très, très stressée. Je connaissais mon état de nervosité. Je savais que je n’allais pas pouvoir être bien, être moi-même. Je me suis dit, qu’avec l’expérience, car j’ai déjà fait des compétitions où j’étais au bout du rouleau, ça pouvait passer. Même si, toute la semaine, je me suis dit que cela allait être dur. Et voilà…

 

Un Ushiro Ura comme celui que Kryva te marque, tu n’as pas dû en prendre souvent ?

Non. En plus à la dernière seconde ! Je n’ai même pas eu la lucidité de regarder le temps. Si elle me met cette canne, c’est aussi parce que j’avance sur elle. Je n’aurais jamais dû. Habituellement, je serais sortie. Mais bien joué pour elle. Je suis allée la féliciter. Des fois, on joue et on perd. C’est la vie.

Même des champions du monde prennent des claques. C’est le jeu. Il faut savoir se remobiliser. Il faut savoir garder la tête haute. L’important est de ne pas se dire : « j’ai perdu. J’ai fui tout le monde ». Non ! C’est le haut niveau. On ne peut pas toujours gagner. C’est vrai que j’en avais pris l’habitude (elle rit).

Je suis surtout déçu pour tout le public qui était venu pour moi, pour ne pas leur avoir apporté le spectacle que je leur offre d’habitude. Je m’excuse.

 

Quel est ton programme ?

La prochaine échéance, ce sera l’Open de Hollande au mois de mars. Dimanche (le 27), je pars en vacances 15 jours en Thaïlande. Pas de Karaté, que de la détente, du sport mais du physique. Et après, je réattaquerai. Je me ferai vraiment mal à l’entraînement. J’aurais les conditions idéales puisque j’ai démissionné du cabinet d’avocats.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

RELATED ARTICLES