Aghayev dans l’histoire, Recchia aussi

Karaté : Championnats du monde / les faits marquants

Rafael Aghayev

Le 5e sacre individuel de Rafaël Aghayev, le 2e doublé d’Alexandra Recchia (-50 kg et équipe), le 4 sur 4 du Kata japonais, les Thomas père et fils champions du monde… Les 23e Championnats du monde de Linz (26-30 octobre) en un coup d’œil.

 

Par notre envoyé spécial à Vienne (Autriche), Ludovic Mauchien

 

L’Azerbaïdjanais Rafaël Aghayev a réussi son pari. Après 2006 (-70 kg), 2008 (-70 kg + Open) et 2010 (-75 kg), il a remporté son 5e titre mondial. Il est devenu le Karatéka le plus titré de l’histoire, dépassant la Néerlandaise Van Mourik (4 titres entre 1982 et 1988).

 

La Française Alexandra Recchia (-50 kg) et l’Iranien Sajad Ganjzadeh (+84 kg) sont les deux seuls combattants à avoir été sacrés en individuel et en équipe. Cette performance extraordinaire a également été réalisée par le Japonais Ryo Kiyuna en Kata.

 

Avec ses deux nouvelles médailles d’or, la Française Alexandra Recchia pénètre le cercle très fermé des quintuples champions du monde. Seuls l’Anglais Wayne Otto (1988, 1990 en équipe, 1990, 1992, 1996 en indiv’) et le Français Gilles Cherdieu (1994, 1996, 1998 en équipe, 1996, 1998 en indiv’), y étaient parvenus jusqu’alors. Auxquels il convient désormais d’ajouter Rafaël Aghayev.

 

Le Brésilien Douglas Brose, sacré en 2010 et en 2014, ainsi que le Turc Enes Erkan, titré en 2012 et 2014, ne sont pas parvenus à réaliser la passe de trois. Ils repartent même tous les deux sans médaille de Linz.

 

Seuls 3 athlètes sont parvenus à conserver leur titre acquis en 2014 : les Japonais Ryo Kiyuna et Kiyou Shimizu en Kata ainsi que l’Egyptienne Giana Lofty en -61 kg.

 

On est content pour lui. Le Japonais Araga (-84 kg), après 2 finales mondiales perdues en 2012 et en 2014, est enfin parvenu à vaincre le signe indien. Il a été sacré champion du monde grâce à sa victoire sur l’Azerbaïdjanais Mamayev en finale.

 

L’équipe de France féminine combat a disputé sa 4e finale mondiale d’affilée. Battue en 2014 par l’Egypte, elle a remporté le titre en 2010, 2012 et donc 2016. A chaque fois, Alexandra Recchia était de la partie.

 

4 sur 4 ! Les Japonais ont remporté les 4 médailles d’or en Kata, une performance qu’il n’avait plus réalisée depuis… 1998.

 

Ils disputaient leur 2e finale d’affilée : la Japonaise Shimizu (Kata), la Française Emily Thouy (-55 kg), l’Egyptienne Lofty (-61 kg), l’équipe féminine japonaise de Kata, l’équipe de France féminine de combat, le Japonais Kiyuna (Kata), l’Iranien Ganjzadeh (+84 kg), le Néerlandais Geoffrey Berens (-60 kg), le Japonais Araga (-84 kg), l’équipe iranienne masculine de combat.

 

Le Néerlandais Geoffrey Berens (-60 kg) a perdu sa 2e finale mondiale d’affilée. Après le Brésilien Brose en 2014, cette fois-ci, c’est l’Iranien Mehdizadeh qui l’a dominé.

 

Champions du monde de père en fils ! William Thomas, le père, a été sacré en 1992 (-70 kg) ainsi qu’en 1988 et 1990 avec l’équipe d’Angleterre. A Linz, il coachait son fils Jordan, qui est devenu champion du monde des -67 kg en gagnant 8-0 en finale face au Hongrois Tadissi.

 

Une autre famille était aussi réunie. Wayne Otto, le père, 5 fois champion du monde dans les années 80-90, officiait comme entraîneur de la Norvège. Le fils Jamaal défendait les couleurs anglaises en -84 kg. Mais il a perdu prématurément.

 

Comme en 2014, le Japon termine à la 1ère place du classement des nations. Une performance qui n’avait pas été réalisée depuis la France en 1998, 2000 et 2002.

 

La France est la meilleure nation mondiale en combat avec 3 médailles d’or et 4 de bronze. Elle devance l’Iran (3, 0, 3), le Japon (2, 2, 1) et l’Egypte (1, 1, 2).

 

La Turquie a disparu de la circulation ! 4e nation en 2012 et 2014 avec 6 et 5 médailles, elle repart de Linz avec une seule breloque : une médaille de bronze en Kata par équipe femmes.

 

Le Japon est l’unique pays à figurer dans le top 3 mondial des nations depuis 1998, soit les 10 derniers championnats du monde. Même si cela est dû surtout grâce au Kata, la performance est impressionnante. Seules la France (6 podiums) et l’Italie (4) soutiennent la comparaison.

 

Il faut remonter à 2000 pour voir un pays, la France, remporter 6 médailles d’or lors d’un championnat du monde comme le Japon cette année, soit le 2e meilleur total de l’histoire. Le record est détenu par la France en 2012 (7 médailles d’or).

 

26 nations se sont partagé les médailles à Linz, ce qui situe ces Mondiaux dans une moyenne haute. Le record reste les Championnats du monde 2006 et leurs 29 pays médaillés. En 2014, seulement 19 nations étaient montées sur le podium.

 

7 pays se partagent les médailles d’or, comme en 2012. Ils étaient 10 en 2014 et 11 en 2010. Le Japon, la France et l’Iran remportent 12 médailles sur 16 possibles.

 

Au nombre de médailles, le Japon et la France sont ex-aequo avec 9 breloques chacun. Ils devancent l’Iran (6) et l’Egypte (5). Le record de médailles obtenues sur un mondial est toujours détenu par la France (16 en 2000). En 2012 et en 2014, le Japon avait remporté 11 médailles.