« On a fait un bon boulot, c’est frustrant »
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp
French kata team

 

 

 

Les deux meilleures équipes actuelles se retrouvaient donc en finale de ces Championnats du monde. Japon ou pas en face, les Français n’étaient pas impressionnés plus que cela et ont offert un Kata Kanku Sho de toute beauté. Leur Bunkaï a également été resplendissant. Le seul problème est que, dans la foulée, les Japonais ont fait de même. Après une exécution d’Anan, intéressante mais pas transcendante, le trio nippon a ébloui la salle avec un Bunkaï techniquement difficile et parfaitement maîtrisé. Résultat : 5-0.

 

Enzo Montarello

« Je suis déçu. On a fait un bon boulot. Je me suis bien senti tout le long. C’est frustrant mais les Japonais sont forts. Leur Kata ne m’a pas impressionné plus que cela mais leur Bunkaï état super fort. C’est comme ça… La décision est justifiée. Ils ont été précis, n’ont pas fait de conneries. Il n’y a pas de vol. Il va falloir travailler encore plus. Une médaille d’argent, c’est bien mais un championnat du monde se déroule tous les deux ans. On ne sait pas où on en sera en 2018. On avait une occasion à saisir. C’est donc frustrant ».

 

Lucas Jeannot

« Là, tout de suite, je suis déçu. On a travaillé, on s’est battu pour une médaille d’or, pas pour l’argent. Mais il faut rendre honneur aux Japonais. Ils ont une équipe extraordinaire qui met 5-0 à tout le monde. Aujourd’hui (lire dimanche 30 octobre), ils étaient meilleurs. Nous, on est une équipe jeune. On a encore beaucoup de choses à travailler. Eux, ils sont à maturité. Nous avons plein de choses dans notre Bunkaï à améliorer. On doit mettre encore plus en avant nos capacités athlétiques, physiques. Techniquement, on se vaut avec eux. Ils ont 2-3 enchaînements dans leur Bunkaï d’une extrême difficulté qu’ils réalisent à la perfection. Sinon, en Kata, je ne les ai pas trouvés plus transcendants que cela. Terminer 2e ne fait jamais plaisir. On finit par une défaite. A chaud, j’ai du mal à savourer. Je pense que cela ira mieux dans quelques jours ».

 

Ahmed Zemouri

« Je suis frustré. Je ne me suis jamais blessé à l’échauffement et là, je me fais un claquage à l’ischio-jambier. Je suis strappé du genou à la l’aine. C’est comme si j’étais allé à la guerre avec un couteau. Je n’avais pas les armes pour me battre. Cela a peut-être fait un peu réfléchir mes coéquipiers. Pour battre les Japonais, il faut être à 200% et là… Avec cette blessure, je n’étais peut-être pas à la hauteur. Mais les Japonais ont été plus précis. C’était à nous d’aller chercher cette médaille d’or. Je suis déçu pour mes coéquipiers.

Pour voir le positif, nous avons quand même vécu une très belle année 2016 avec le titre de champion d’Europe et cette médaille d’argent mondiale. Mais, quand même, ils étaient prenables et pas intouchables. Il fallait être à 100% pour les atteindre. On a tout donné mais, aujourd’hui, les arbitres nous ont donné perdant. C’est le jeu ».

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

RELATED ARTICLES