Emily Thouy : « Elle est belle cette médaille, hein ! »

Karaté / Championne du monde des -55 kg

Emilie Thouy

Vice-championne du monde en 2014, championne d’Europe en 2015, elle était tombée en dépression suite à son échec à l’Euro 2016 en mai. Emily Thouy a su rebondir et retrouver tous ses esprits pour être sacrée championne du monde (-55 kg) samedi à Linz. Et avec la manière, s’il vous plaît !

 

Par notre envoyé spécial à Linz (Autriche), Ludovic Mauchien

 

Elle s’est contenue, pas longtemps. Une fois à l’abri des regards, elle a craqué. Emily Thouy s’est mise à pleurer à chaudes larmes, mais des larmes de joie, de soulagement, de fierté.

A 23 ans, elle est devenue championne du monde en dominant, samedi à Linz, la Brésilienne Kumizaki (2-0). « Elle est belle cette médaille, hein ! », lâchait-elle avec un éclair dans l’œil avant de l’embrasser. « Ce doit être l’adrénaline mais je ne me souviens pas du combat (nous sommes quelques minutes après sa finale victorieuse). La vérité d’un jour n’est pas celle d’un autre. J’avais une grosse pression. Je n’étais pas venu à Linz pour seulement faire une prestation. Je suis juste venu pour remporter la médaille d’or. J’avais beaucoup de stress parce que je repensais à Brème, il y a deux ans, quand j’ai perdu en finale. Mais mon coach (Yann Baillon) me connaît par cœur. Il a trouvé les phrases clé. Je savais que je pouvais le faire ».

Et Emily Thouy s’est imposée en patronne du tatami. Déjà impressionnante jeudi lors des éliminatoires où elle avait balayé tous ses adversaires, y compris l’Espagnole Ferrer Garcia, 3e des Championnats d’Europe 2015 et 2016 (4-0 en ¼ de finale), elle s’est de nouveau montrée précise à souhait et parfaite dans le timing, face à Kumizaki en finale. Tel un Phoenix qui renaît de ses cendres.