Gaëlle Amand : « Besoin de challenge, d’adrénaline… »

Boxe : championne WBF, elle combat pour les ceintures WBA et WBC

Boxing Gaelle Amand Adidas WBA WBC

Invaincue en 14 combats pro, championne du monde WBF depuis 2013, n°1 mondiale des poids plumes, Gaëlle Amand va disputer le combat le plus enlevé de sa carrière le 8 octobre à Cergy.

Le lendemain de ses 33 ans, la Française s’attaque à la rugueuse Canadienne Jelena Mrdjenovich (47 combats, 36 victoires, 19 KO), détentrice des ceintures WBA et WBC. En cas de succès, Gaëlle Amand deviendrait la 1ère boxeuse tricolore à détenir 3 ceintures.

By Ludovic Mauchien

 

Elle a commencé la Boxe à 14 ans, en 1997. Depuis, elle tout gagné, en amateur comme en pro. En décembre 2013, elle remportait le titre suprême. Elle devenait championne du monde poids plumes (WBF) en dominant la Bosnienne Irma Adler.

Trois ans après, à 33 ans, Gaëlle Amand est en passe de devenir la 1ère Française à détenir 3 ceintures mondiales. Le 8 octobre, au complexe des Maradas, à Cergy-Pontoise (95), la boxeuse du Rahilou Cergy Boxe affronte Jelena Mrdjenovich, la championne WBA et WBC.

Invaincue chez les pros (14 victoires, 1 KO), Gaëlle Amand s’apprête à disputer l’un des combats les plus compliqués de sa carrière face à une Canadienne dure au mal, expérimentée (34 ans, 47 combats, 36 victoires) et puncheuse (19 KO). Elle a rendez-vous avec l’histoire. Rencontre avec la nouvelle venue dans la Team Adidas.

 

As-tu suivi les Jeux Olympiques cet été ?

Un peu, beaucoup la Boxe. En fait, j’ai particulièrement regardé les filles. Avec Sarah (Ouhramoune, médaillée d’argent en -51 kg), nous avons commencé la boxe ensemble. Nous avons disputé nos 1ers Championnats de France en amateur en même temps.

Et Estelle (Mossely, médaillée d’or en -60 kg) a été plusieurs fois ma sparring depuis que je suis passée professionnelle. Je les ai donc beaucoup supportées ! J’étais à fond derrière elle (elle rit).

 

« Argent et or ! C’est juste magnifique ! »

 

Tu as dû être émue…

Ah oui ! Argent et or ! C’est juste magnifique ! C’est un truc de fou, y compris pour la Boxe féminine !

 

Pourquoi n’as-tu pas tenté l’aventure olympique ?

Parce que je suis pro. 2016 est la 1ère année où l’on a vu quelques pros aux JO, mais c’était seulement chez les hommes. Ce n’est pas encore passé chez les filles. Ca viendra.

 

Est-ce un regret ?

C’est sûr que les Jeux manquent à mon palmarès. Mais bon… En plus, il n’y a pas les 57 kg. C’est encore assez restreint chez les filles. Alors, des regrets… Oui et non.

 

Le 8 octobre, tu combats pour deux ceintures pros. Quelle va être la clé de ce combat contre Jelena Mrdjenovich ?

Le mental. Jelena est une grande championne. Elle détient les titres WBC-WBA, elle a beaucoup de combats et beaucoup de KO à son actif. C’est une adversaire de taille. Mais je suis entraînée pour. Je pense que cela va se jouer au mental. Il ne faudra rien lâcher jusqu’au bout.

Je ne sais pas si elle est l’adversaire la plus difficile que j’ai eu à combattre jusqu’à maintenant. Je le saurais le jour J… C’est en tout cas le plus gros challenge de ma carrière.

 

« Ma Boxe : avancer, avancer… »

 

Quand as-tu débuté ta préparation pour ce combat ?

J’ai commencé mi-août par une semaine de fond, de préparation physique. J’ai ensuite enchaîné par des stages à droite, à gauche. Lors de ceux-ci, je m’entraîne en général 3 à 4 h par jour. Le matin, c’est tout ce qui concerne la prépa physique. Le soir, l’entraînement est plus axé sur la Boxe. La dernière semaine avant le combat, on a vraiment ralenti. Il s’agissait surtout de faire de la récup’ et du maintien pour le corps.

 

Comment définirais-tu ta Boxe ?

Je ne sais pas… (elle rit). Je suis plutôt attaquante. Je vais beaucoup vers l’adversaire. Je suis un peu une guerrière. Sur le ring, j’aime bien y aller, parfois trop. On essaie justement de canaliser cela mais ce n’est pas évident. Car ma Boxe a toujours été d’avancer et d’avancer. Mais, parfois, avancer n’est pas la solution. Donc on a beaucoup travaillé là-dessus.

 

Qu’est-ce qui t’éclate en Boxe ?

Gagner des combats (elle rit). Avoir des objectifs encore plus élevés, toujours aller à la recherche de quelque chose en plus. C’est ce qui manque quand on arrête. Après mon Championnat du monde en 2013, je ne voulais plus entendre parler de Boxe. J’avais effectué une grosse préparation et je ne voulais plus entendre parler de rien. En fait, au bout de 2-3 mois, cela manque. On a besoin de challenge, d’objectif, d’adrénaline…

 

« On en veut toujours plus »

 

As-tu essayé d’autres sports de combat ?

Au tout, tout début, j’ai commencé par le Karaté. Mais, j’en ai seulement fait 6-7 mois. Cela ne m’a pas plu. Il n’y avait pas assez de contact pour moi. Je n’ai pas essayé les boxes pieds-poings. Cela ne me tenterait pas vraiment. Arrivée à mon âge (33 ans), si je m’éparpille, cela risque d’être un peu compliqué. Je préfère rester dans une discipline et me donner à fond.

 

Qu’est-ce qui te fait avancer ?

Le manque de challenge quand j’avais arrêté. Quand on a l’esprit compèt’, on en veut toujours plus. Puis j’ai eu cette proposition pour affronter Jelena. N’importe quel sportif aurait saisi cette opportunité. Il y a quand même deux ceintures en jeu !

Si je gagne ces deux ceintures, je serais la seule Française à détenir trois titres mondiaux (WBF, WBC, WBA). Cela peut être un bon truc. Les filles ont déjà fait bougé pas mal de choses avec les Jeux. Si, moi aussi, je peux faire bouger la Boxe féminine, cela serait idéal. Cela donnerait à nouveau un bon coup de pub, après celui des JO.

 

GAËLLE AMAND

Née le 7 octobre 1983

Catégorie : -57 kg (poids plume)

Club : Rahilou Cergy Boxe

Promoteurs : Abdillah Rahilou et Driss Chibili

Entraîneurs : Ibrahima Mariko et Abdillah Rahilou

Préparateur physique : Frédéric Klose