Chris Algieri : Boxeur de coeur
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp
Chris Algieri Adidas Boxing

 

Il n’est pas né dans un quartier étranglé par la pauvreté. Il n’a pas l’absolue nécessité de briller dans la Boxe pour grimper l’échelon social. Il n’a pas été élevé dans le Bronx mais à Long Island, dans une famille de la classe moyenne.

Avec lui, fi de la caricature. Chris Algieri n’a pas besoin de la Boxe pour manger. Mais il s’en nourrit. C’est son carburant, c’est l’essence de sa vie, c’est sa passion ultime, et ce depuis sa plus tendre enfance.

Son grand-père argentin a tâté du Noble art. Son père italien hésitait entre foot et boxe. Il ne parvenait pas à choisir, mais le petit Chris, si. Lui, c’était la boxe qui le passionnait. Nourri à la grande époque des Julio Cesar Chavez, Tyson, Sugar Ray Leonard, Holyfield…, il commença pourtant les sports de combat par le Kenpo chinois.

Il avait 10 ans. A 15, il devient ceinture noire. Au lycée, il s’engage dans la Lutte, avec succès. A 16 ans, il découvre le Kick-boxing. A 19 ans, invaincu en amateur, il décide de passer pro.

 

Invaincu en 11 ans et 40 combats

 

Nous sommes en 2003. Parallèlement à ses études universitaires, ponctuées par un Master obtenu au New York Institute of Technology (santé, spécialité nutrition), Chris Algieri se dépense sans compter sur les rings. Avec bonheur ! Il devient tour à tour champion du monde ISKA puis WKA (poids moyens et super moyens). En 2008, quand il se retire du Kick-boxing, il est invaincu en 20 combats !

A 24 ans, il veut s’adonner et se donner à sa passion : la Boxe anglaise. Il se fait plaisir. Il en donne peu à ses adversaires. D’avril 2008 à juin 2014, il va disputer 20 combats pour… 20 victoires (8 KO) !

Le 20e succès, le 40e de ses deux carrières pro, lui permet de toucher le Graal. En dominant le Russe Provodnikov, Chris Algieri devient champion du monde (WBO). Et de quelle manière ! Donné largement perdant par les bookmakers, compté à 2 reprises dans le 1er round, il va boxer avec un œil fermé pendant le reste du combat. Alors que tout semble perdu, il va se réveiller. Il va boxer avec cœur et esprit, à coup d’œil et de jab, avec passion et abnégation.

C’est la chance de sa vie. Il la saisit. Le rêve devient réalité. Au bout des 12 rounds, Chris Algieri est donné vainqueur à la décision partagée. Il est champion du monde des poids super mi-moyens (light ou junior welterweight) !

 

A Macao, Pacquiao donne le tempo

 

En 2014, il saisit une nouvelle opportunité. Affronter Manny Pacquiao himself ! Cela ne se refuse pas. Il est certes invaincu mais le Philippin, c’est la catégorie au-dessus, celle des Intouchables du ring. Celle des poids mi-moyens aussi. Chris Algieri a changé de caté.

Pour son 1er combat à 67 kg, son 1er aussi hors de l’Etat de New York, l’Américain n’a pas opté pour la facilité. Titre de champion du monde des welters en jeu, il tente la passe de deux. Mais, à Macao, Manny Pacquiao donne le tempo. Chris Algieri ira 6 fois au tapis. Fini ? Que Nenni. Il encaisse les coups et tient le coup. Sa rage, sa volonté lui permettent d’aller au bout. A l’issue des 12 rounds, il est défait debout (décision unanime).

A 30 ans, il connaît pour la 1ère fois les affres de la défaite, mais certaines ont parfois un petit goût sucré. La défense qu’il a opposée à Monsieur Manny Pacquiao, 38 KO à son compteur, lui font tutoyer les sommets.

 

Deux défaites de (haut) rang

 

Un autre va se profiler. Le Britannique Amir Khan, champion du monde WBA et IBF des poids légers, est programmé pour mai 2015. La ceinture silver WBC des poids mi-moyens est à chiper. Chris Algieri va s’y atteler. Mais il ne parvient pas à dompter « l’empereur » (Khan en arabe), qui conserve son trône à la décision unanime.

Après deux défaites de rang et de haut rang, l’Américain enchaîne et conclut l’année 2015 par une victoire face à Erick Bone (décision unanime en 10 rounds).

Son dernier combat à ce jour, il l’a disputé en mai dernier, face à la valeur (très) montante Errol Spence, alors invaincu (19 victoires, 17 KO). Le jeune prodige fait honneur à sa réputation. Dominateur, il inflige à Chris Algieri le 1er KO de sa carrière sur un crochet gauche au 5e round.

En cette fin 2016, à 32 ans, l’Américain s’accorde du temps libre. Il prépare son retour, sereinement, tranquillement. Il sera prêt. Le rendez-vous est fixé pour 2017. A suivre…

 

Chris Algieri

Né le 2 mars 1984 à Huntington (USA)

Taille : 1, 78 m

Catégorie : super mi-moyens (63,5 kg), mi-moyens (67 kg)

Kick-boxing. 20 combats, 20 victoires. Double champion du monde (ISKA et WKA)

Boxe. 24 combats, 21 victoires (8 KO), 3 défaites. Champion du monde en 2014 (WBO)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

RELATED ARTICLES